Mentions légales


Le Printemps des Poètes
Association Loi 1901
1 rue de Sully
75004 Paris

communication@printempsdespoetes.com
01 53 800 800

Directrice de publication : Sophie Nauleau
Hébergeur du site : Perfecto Groupe

Crédits

Le portail du site du Printemps des Poètes a été réalisé avec l’aimable autorisation du photographe Arnaud Petit et de l’artiste Antonio Segui.

Les diaporama illustrant les différentes rubriques sont composés de photographies et d’œuvres, reproduites avec l’exceptionnelle et amicale autorisation de :
Gérard Rondeau ;
Priscilla Telmon ;
Antonio Segui, Tomar Aire (détail) ;
Gérard Fromanger, Le rouge et le noir dans le prince de Hombourg (détail) ;
Ernest Pignon-Ernest, Desnos (détail).

La photographie de René Char écrivant a été reproduite avec l’aimable autorisation de Marie-Claude Char.

Les emblèmes « Printemps des Poètes », « Ville en Poésie », « Village en Poésie », « École en Poésie » sont l’œuvre calligraphique d’Ernest Pignon-Ernest.


Licence d’entrepreneur du spectacle : 2-1105151

Poème
de l’instant

Carl Norac

Petit poème pour y aller

Un poème parfois, ce n’est pas grand-chose.
Un insecte sur ta peau dont tu écoutes la musique des pattes.
La sirène d’un bateau suivie par des oiseaux, ou un pli de vagues.
Un arbre un peu tordu qui parle pourtant du soleil.
Ou souviens-toi, ces mots tracés sur un mur de ta rue :
« Sois libre et ne te tais pas ! ».
Un poème parfois, ce n’est pas grand-chose.
Pas une longue chanson, mais assez de musique pour partir
en promenade ou sur une étoile,
à vue de rêve ou de passant.
C’est un aller qui part sans son retour
pour voir de quoi le monde est fait.
C’est le sourire des inconnus
au coin d’une heure, d’une avenue.
Au fond, un poème, c’est souvent ça,
de simples regards, des mouvements de lèvres,
la façon dont tu peux caresser une aile, une peau, une carapace,
dont tu salues encore ce bateau qui ouvre à peine les yeux,
dont tu peux tendre une main ou une banderole,
et aussi la manière dont tu te diras :
« Courage ! Sur le chemin que j’ai choisi, j’y vais, j’y suis ! ».
Un poème, à la fois, ce n’est pas grand-chose
et tout l’univers.

Carl Norac, inédit, pour le 22e Printemps des Poète / Le Courage