Poème en forme de muzain

James Sacré

Passeurs de mots, passeurs de mémoire et poèmes,
On entend leur nom bruire avec tout le passé
Demain jusqu’à peut-être toujours, des poèmes
Galop de forme en forme tout le temps traversé :
Guillaume entre zajal et bruit de reverdie
Poésie d’oc en oïl entre arabe et latin
Cheval de mots jusqu’à Chaissac même énergie
Quelques siècles plus tard, et ma langue en charpie
Cherche à le contenir en ce piètre muzain.

Poème
de l’instant

Claude Michel Cluny

Odes Profanes

Tout déjà était en toi
même l’âpre saveur des paroles des morts
Avec sur ta bouche close
leur goût d’indicible sel.
Mais empare-toi de l’absence et ose
Va avance aveugle et seul
Toute flèche aime sa cible.
L’enfance le sait qui, libre
(habiter Nulle Part est le plus sûr)
déchire sans innocence
son invisible futur.

Claude Michel Cluny, Odes Profanes, Éditions de la Différence, 1989.