Poèmes

S’il arrive que tu tombes

S’il arrive que tu tombes
apprends vite
à chevaucher ta chute
que ta chute
devienne cheval
pour continuer
le voyage

Frankétienne
Anthologie de poésie haïtienne contemporaine
Éditions Points, 2015

Entre lune et miel

J’aime ces journées pleines de soleils d’enfants.

Jean Armoce Dugé
« Entre lune et miel »

Récitatif au Pays des ombres

Toute ville est un récitatif
j’apprends du verbe apprendre
le bon usage des rues
les paysages de silence
les plages de l’extase
l’amitié des lauriers
l’élégance de l’oiseau-mouche
l’allaitement des ibis
j’apprends par exemple que la mer est un immense gâteau bleu
les soirs d’orage quand les nuages font la gueule
les femmes couchent côté est
pour aider le soleil à se lever

Rodney Saint-Éloi
Récitatif au Pays des ombres
Mémoire d’encrier, 2011

En état de poésie

René Depestre

L’état poétique est le seul promontoire connu d’où par n’importe quel temps du jour ou de la nuit l’on découvre à l’œil nu la côte nord de la tendresse.

René Depestre
En état de poésie
Éditeurs français réunis, 1980

Midi

Leconte de Lisle

Homme, si, le cœur plein de joie ou d’amertume,
Tu passais vers midi dans les champs radieux,
Fuis ! la Nature est vide et le Soleil consume :
Rien n’est vivant ici, rien n’est triste ou joyeux.

Mais si, désabusé des larmes et du rire,
Altéré de l’oubli de ce monde agité,
Tu veux, ne sachant plus pardonner ou maudire,
Goûter une suprême et morne volupté,

Viens ! Le Soleil te parle en paroles sublimes ;
Dans sa flamme implacable absorbe-toi sans fin ;
Et retourne à pas lents vers les cités infimes,
Le cœur trempé sept fois dans le Néant divin.

Leconte de Lisle
1818-1894
« Midi »
Poésies antiques, 1852

Chaleur

Anna de Noailles

Tout luit, tout bleuit, tout bruit,
Le jour est brûlant comme un fruit
Que le soleil fendille et cuit.

Anna de Noailles
1876-1933
« Chaleur »
L’ombre des jours, 1902

Rêve

Hier,
j’ai déchiré mon rêve
en marchant dessus

Leïla Al-Sayed
« Rêve »

Cantique du balbutiement

Louis-Philippe Dalembert

ce jour-là
face à la mer caraïbes
j’ai rêvé d’un poème
qui nulle part ne commence
ou alors de l’enfance
et nulle part ne finit

Louis-Philippe Dalembert
Cantique du balbutiement
Éditions Bruno Doucey, 2020

Le Poids vivant de la parole

On peut écrire, et l’on écrit ;
On peut se taire, et l’on se tait.
Mais pour savoir que le silence
Est la grande et unique clef,
Il faut percer tous les symboles,
Dévorer les images,
Écouter pour ne pas entendre,
Subir jusqu’à la mort
Comme un écrasement
Le poids vivant de la parole.

Armel Guerne
1911-1980
Le Poids vivant de la parole
Éditions Solaire, 1983

Terres renversées

vivre privé de temps
étranger à l’heure
privé de lieu
dans le poème vertigineux

Krikor Beledian
« Terres renversées »

Poème
de l’instant

René Depestre

En état de poésie

L’état poétique est le seul promontoire connu d’où par n’importe quel temps du jour ou de la nuit l’on découvre à l’œil nu la côte nord de la tendresse.

René Depestre, En état de poésie, Éditeurs français réunis, 1980.