"Vivre passait par Fontenay-le-Comte"

James Sacré

Vivre passait par Fontenay-le-Comte

C’est parti du château de Coulonges, école
Dans les grandes salles renaissance, entre bocage et marais
Pas loin tu vois l’abbaye de Maillezais
Grande machine trouée de son architecture, Monsieur d’Estissac encore,
Puis Fontenay, la rue Rabelais, le collège Viète,
Belle fontaine du quartier des Loges qu’à peine on la regardait,
Fin de semaine la promenade c’était
Vers les prés de La Folie parfois retour
Par les bords de la Vendée, Rabelais qui accompagne
(Edition grand format, avec les dessins d’Albert Robida).
Le rollier bleu dans le petit musée aux oiseaux.
Comme un nœud du temps sur la mémoire grandie,
Pas trop serré, pas trop défait :
Avec son trop de lettres, son histoire endormie
Fontenay-le-Comte entre hier et moi qui oublie.

James Sacré

Poème
de l’instant

Vous êtes ici

l’imaginaire est irréfutable
et cela suffit à mon espoir

Renaud Ego, Vous êtes ici, Le Castor Astral, 2021.